Un nouveau Think Tank régional est né à Montpellier

citation2

 

Un nouveau think tank régional est né à Montpellier. Nous sommes libres, liés à aucun parti, à aucun camp, à aucune autre idéologie que celle du bon sens et de l’intérêt général.
Nous avons choisi de démarrer nos travaux et de partager notre réflexion sur 4 sujets à nos yeux importants pour la région. Portée symbolique, enjeux pour la grande région en construction, poids économique, potentiel de perspectives et d’innovations ont figurés parmi nos critères de choix.

La santé

Vieillissement de la population, nouvelles technologies, évolution des modes de vie, tous les territoires sont concernés par la question de la santé. Cependant notre grande région est historiquement source de pensées, d’innovations et d’activités dans le domaine de la médecine et de la santé. Sur ce vaste sujet LGR estime qu’il convient de porter deux ambitions essentielles pour le rayonnement de la santé dans la nouvelle grande région :

  • Lancer, depuis la région, une démarche de GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) dans le domaine de la santé en France. LGR doit parvenir à convaincre les pouvoirs publics de lancer une démarche de GPEC pour anticiper ces besoins en compétences futures, identifier les cursus de formation à développer, favoriser l’émergence d’outils adaptés et ainsi se préparer à proposer une médecine personnalisée qui maîtrise ses coûts et qui puisse faire face aux profondes mutation que va connaître ce secteur dans les années à venir.
  • Se positionner comme un groupe catalyseur de projets initiés ou non par les membres des LGR. Les deux premiers projets soutenus par les LGR, MIS et Gérontopôle, sont des projets à valeur d’exemple forte car lancés d’ores et déjà à Montpellier et à Nantes. Ils sont porteurs de valeurs pour les habitants de notre région comme pour l’économie locale.

Le numérique

Ce secteur d’activité pèse un poids de plus en plus important dans l ‘économie et l’emploi de la région, son potentiel semble immense et bien sur des questions se posent : Comment la région va t-elle se saisir de la transformation numérique du monde, pour améliorer la vie de ses habitants, favoriser le développement de ses entreprises et accentuer l’attractivité comme l’image de notre territoire ?

3 pistes de réflexion sont proposées par notre groupe

  • La transition numérique à l’échelle du territoire. Comment favoriser l’émergence de nouveaux paradigmes ?
  • Attractivité numérique de notre territoire. Se doter des moyens pour devenir attractif pour le secteur du numérique.
  • Numérique et éthique

L’attractivité du territoire

Est-il possible de penser le futur de ce territoire sans s’interroger sur son attractivité. Certes l’héliotropisme est un atout considérable, mais doit on se contenter de nos atouts naturels pour attirer de nouvelles activités, de nouvelles compétences, dans une compétition non plus entre régions françaises mais entre régions du monde. Nous avons choisis comme premiers sujets d’investigation et de réflexion :

  • Les énergies renouvelables.

Toutes les activités et en particuliers celles liées à la nouvelle économie de la connaissance et du numérique, s’implantent au plus près des sources d’énergies dont elles ont besoin, elles privilégierons le prix mais aussi le caractère renouvelable de cette énergie. Notre région a dans ce domaine un potentiel très important. Notre grande région peut elle devenir un exemple mondial de production d’énergie propre avec tout l’écosystème qui l’accompagne ? Voilà tout l’enjeu.

  • Le tourisme

Notre région est tellement bien dotée, par la nature et son histoire, les touristes y viennent tellement facilement que nous avons parfois oublié de faire le nécessaire pour qu’ils aient envie de revenir. La mise en valeur et la gestion du patrimoine, la qualité des infrastructures, la formation des professionnels, l’innovation, sont des sujets capitaux pour un développement durable et profitable du tourisme dans la région.

  • L’identité

Quelle image projetons-nous à l’extérieur ? Quelle image souhaitons-nous projeter ? Quel avenir pour la marque SUD DE France ? Quel nom pour cette future grande région ? Voilà quelques une des questions auxquelles nous devons impérativement répondre pour que notre région continue d’attirer les touristes, les talents, les investisseurs.

Gouvernance et confiance

La période est plus à la défiance qu’à la confiance, ce qui n’est pas un climat très favorable au développement d’une région harmonieuse et prospère. Ce sujet peut prendre une indiscutable dimension philosophique, mais, sous la pression de l’actualité nous avons choisi de commencer par la relation entre l’économique et le politique. Comment gouverner ensemble, avec une méthode qui conforte l’élu dans son rôle tout en permettant de décloisonner les mondes de l’économie réelle (la société civile) et des gouvernants ?

Le groupe propose une réflexion sur une gouvernance partagée et un nouveau terme à décliner « La faire policy/ La fair policy »

Les actions concrètes proposées :

  • Statut de l’élu, comité d’orientation et d’évaluation, rendez vous annuel avec les politiques, gouvernance composée à 50% des représentants de la société civile, formation des élus.
  • Les moyens à donner à la société civile pour peser sur les gouvernants entre deux votes.
  • Une réflexion sur le financement public/privé de la ligne LGV, pour faciliter les liaisons dans la grande région.
  • La défense de la marque SUD DE France.

Leave your comment to Cancel Reply

Your email address will not be published.